Baye Niasse, itinéraire d’un jeune paysan

Baye Niasse, itinéraire d’un jeune paysan

Cheikh El Hadj Ibrahima Niasse dit Baye Niasse est né à l’aube du 20e siècle à l’ombre d’un baobab niché dans une grande forêt, à Taïba Niassène, dans l’actuelle région de Kaolack.
Ibra Asta – il est appelé ainsi allusion à sa mère Sokhna Astou Diankha – s’est employé durant sa vie à propager l’islam aux quatre coins du monde.
La cité musulmane de Médina Baye, qu’il a fondé dans les années 1930, devient une véritable mosaïque en termes de langues et de races, à l’occasion du Maouloud ou Gamou, la commémoration de la naissance du prophète Mohamed.
A Médina Baye, des Parisiens et des Américains s’adonnent à la récitation du Coran. Des
Pakistanais et des Malaisiens magnifient à leur manière l’oeuvre de Cheikh El Hadj Ibrahima
Niasse. Des milliers de tidjanes chantent la gloire du guide du mouvement de la « Fayda », cette sorte de « profusion » prédite Cheikh Ahmed Tidjane, le fondateur de la tidjaniya, que Baye Niasse déclare avoir incarnée.

Cheikh El Hadji Ibrahima Niasse, plus connu sous le nom de Baye Niasse, est l’une des plus grandes figures de la confrérie des tidjanes au Sénégal. La Jamhiyatu Ansaru-Din, l’association internationale qui réunit ses discipl