Ce n’est pas facile d’être sénégalaise

Ce n’est pas facile d’être sénégalaise

Lorsque retentit le sol d’allégresse, lorsqu’il sautille d’excitation à l’idée de peser son poids en ces routes de midi, la tête couronnée de calebasse remplie d’aliments et de condiments qui nourrirront son sourire à la vue du regal qu’elle en fera, d’outre-mer on attend sa venue, enfants et vieux attendent les roussettes du marché.

L’après midi, elle s’occupe de l’exotique boisson chaude aux herbes bien connues, digestive et relaxante, voilà qu’elle communie toute la famille autour de la théière.
Ce n’est pas n’importe qui, la sénégalaise.

Car vers 17-18h, son takoussanou ensorcelant ne se limite pas à la belle taille basse épousant sa taille convexe à bien des endroits…mais son envoûtement hisse la maisonnée à la mer nuageuse saveur balsamique, encensée jusqu’à la porte, les passants risquant d’en apporter où ils vont

Ce n’est pas vraiment toutes q